jeudi 22 janvier 2009

D'une "relation spéciale" à une "relation naturelle" entre Etats-Unis et Israël

Le chroniqueur israélien Akiva Eldra a publié une analyse assez intéressante dans Haaretz. Il est optimiste sur l'administration Obama pour trois raisons :
* Il a plusieurs conseillers juifs (son directeur de cabinet Rahm Emmanuel pour ne nommer que le plus proche) qui connaissent les trucs et astuces d'Israël et les arguments tempérant l'intérêt stratégique pour les Etats-Unis à s'aligner systématiquement avec l'Etat hébreu.
* Il semble que Brent Scowcroft, ancien conseiller en sécurité nationale de George Bush père, soit une importante influence sur la pensée du nouveau président américain. Scowcroft appelle à une redéfinition de la relation avec Israël. Petit aparté : j'ai vu que le dialogue America and the World entre Scowcroft et Zbigniew Brzezinski avaient été traduit en français, je salue l'initiative de l'éditeur).
* James Jones, nouveau conseiller en sécurité nationale d'Obama, est partisan d'une nouvelle approche avec Israël pour passer d'une "relation spéciale" à une "relation naturelle". Pas plus de détails à savoir ce que cela signifie vraiment et j'ai fait une rapide recherche qui me ramène toujours sur l'article d'Haaretz.

2 commentaires:

Elsa a dit…

http://www.iht.com/articles/2008/11/26/opinion/edmiller.php

ViP a dit…

Entre une "special relationship" et une "exclusive relationship", je vois bien la différence. D'ailleurs, en parlant du "Jewish lobby of one" (Miller est également juif, donc rien de dégradant dans l'utilisation du terme), on pense au poids d'Olmert dans la position américaine à l'ONU et cette histoire abracadabrante où Olmert interrompt Bush pour lui dire de ne pas soutenir la résolution au UNSC.
Mais, je ne sais pas ce à quoi correspond une "natural relationship". A lire la presse israélienne, ils ne sont pas enchantés par Jones, donc j'imagine que c'est négatif, mais j'aimerais bien savoir ce qu'il entend comme redéfinition.

 

blogger templates | Make Money Online